Des manifestants soudanais font face à des gaz lacrymogènes lors d’un rassemblement pour la Journée de la femme

 Des manifestants soudanais qui défilaient contre le régime militaire à l’occasion de la Journée internationale de la femme ont été accueillis par des gaz lacrymogènes alors qu’ils s’approchaient du palais présidentiel mardi, a déclaré un journaliste de Reuters.

Des groupes de défense des droits des femmes avaient appelé à la manifestation avec des comités de résistance de quartier qui organisent des manifestations de rue depuis que l’armée a pris le pouvoir en octobre.

Le coup d’État a mis fin à un accord de partage du pouvoir entre civils et militaires qui a été conclu après que l’ancien président Omar el-Béchir, qui a régné pendant 30 ans, a été renversé lors d’un soulèvement de 2019 dans lequel les femmes ont joué un rôle de premier plan.

« Les revendications des femmes sont les revendications de la révolution », disait une banderole de protestation. Après que le rassemblement ait atteint le palais présidentiel de la capitale Khartoum, les forces de sécurité ont chassé les manifestants dans les rues voisines.

La manifestation survient alors que le Soudan fait face à une chute libre économique. Mardi, la livre soudanaise a été dévaluée d’environ 19% après que son prix ait glissé sur le marché noir.

Manifestation contre le coup d'État militaire, lors de la Journée internationale de la femme à Khartoum
Une femme soudanaise porte un drapeau lors d’une manifestation contre le coup d’État militaire, à l’occasion de la Journée internationale de la femme à Khartoum, Soudan, le 8 mars 2022. REUTERS/El Tayeb Siddig

Le coup d’État a également entraîné l’annulation des décisions prises depuis la chute de Bashir et une répression au cours de laquelle des personnalités politiques ont été arrêtées et des dizaines de manifestants tués.

Mardi, le politicien Babiker Faisal est devenu le dernier ancien membre éminent d’un comité chargé de démanteler le régime de Bashir à être détenu, a déclaré son parti dans un communiqué.

A LIRE AUSSI:   Ouganda : l'opposant Bobi Wine réclame en justice l'annulation de la présidentielle

Ces dernières semaines, les tribunaux ont annulé les licenciements par le comité de dizaines de bureaucrates de la banque centrale, du ministère des Affaires étrangères et d’autres entités.

Le conseil au pouvoir du Soudan a déclaré lundi que les suspensions placées sur certains comptes par le comité seraient levées, tandis que d’autres décisions affectant plus de 1 500 personnes et entreprises seraient maintenues pendant leur examen.

Autre signe de recul du travail effectué sous le gouvernement de partage du pouvoir, le chef d’un comité chargé d’enquêter sur la dispersion meurtrière d’un sit-in en juin 2019 a déclaré qu’il avait suspendu ses travaux après que les forces de sécurité ont pris le contrôle de ses bureaux.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Libye : les tensions entre les deux Premiers ministres se poursuivent

Read Next

Cameroun : pourquoi les enseignants poursuivent leur bras de fer avec le gouvernement