Début des travaux sur la mine de charbon du Botswana en 2022 malgré la pression

Les travaux devraient commencer sur la deuxième mine de charbon privée du Botswana au premier trimestre de l’année prochaine, a déclaré à Reuters le PDG de Maatla Resources, malgré les appels à abandonner le charbon.

Lors de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow , le pays d’Afrique australe a souscrit à un engagement mondial visant à réduire l’utilisation de charbon très polluant, mais a renoncé à un engagement de cesser de délivrer de nouvelles licences pour extraire le combustible fossile.

Le Botswana va de l’avant dans le développement de ses ressources en charbon, estimées à 200 milliards de tonnes, alors qu’il cherche à sevrer son économie de sa dépendance aux diamants.

Maatla a obtenu une licence en février et avait espéré commencer à construire la mine de 1,2 million de tonnes par an cette année, mais a été bloquée par la pandémie de COVID-19 et les retards réglementaires.

Maintenant, Maatla cherche à aller de l’avant après un accord de financement avec HMS Bergbau (HMUG.DE) , coté à Francfort , qui, dans le cadre d’un accord de dette et de capitaux propres de 45 millions de dollars conclu en avril, a pris une participation de 51%.

« L’objectif est d’atteindre la clôture financière d’ici février de l’année prochaine, puis de commencer immédiatement la construction de la mine. La première production est attendue d’ici 12 à 15 mois », a déclaré le PDG de Maatla, Jacques Badenhorst, dans une interview jeudi soir.

Badenhorst a déclaré que le marché cible de la mine comprenait des fabricants de ciment et des opérateurs de chaudières en Afrique du Sud, en Zambie, en République démocratique du Congo et en Namibie.

A LIRE AUSSI:   Covid-19 : la BAD réserve aux pays du Sahel une partie de son fonds de soutien

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Burkina Faso : le calvaire des déplacés

Read Next

Gabon : Ali Bongo réduit les exonérations fiscales