CÔTE D’IVOIRE : Recrutement des jeunes et renforcement de la coopération énergétique sous régionale : Gon Coulibaly s’affaire

Amadou Gon Coulibaly

Comme à l’accoutumée, la semaine du premier ministre ivoirien était bien remplie d’activités au profit de la population. Amadou Gon Coulibaly a reçu le 3 février, les ministres de l’Énergie de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Mali, du Burkina Faso ainsi que le Commissaire à l’Énergie et aux Mines de la Commission de la Cedeao et de la Banque mondiale. Le 5 février, il a pris part au conseil des ministres qui a décidé du recrutement de 5000 jeunes diplômés du Bepc qui recevront une formation initiale dans les Centres d’animation et de formation pédagogique (Cafop). Les deuils qui ont frappé la Côte d’Ivoire n’ont pas laissé le chef de l’exécutif indifférent.

La  Côte d’Ivoire poursuit inexorablement sa marche pour une économie intégrée, offrant des conditions de vie favorables aux populations et basée entre autres sur l’amélioration des conditions d’étude et d’encadrement des élèves (recrutement spécial de jeunes diplômés comme enseignants et équipement en tables bancs) et l’amélioration des conditions de vie des élèves en milieu scolaire par la construction  d’infrastructures scolaires. Le conseil des ministres tenu le 5 février a pris une décision importante entrant dans ce cadre. Il a été décidé du recrutement de jeunes diplômés du Bepc pour recevoir une formation initiale dans les Centres d’animation et de formation pédagogique (Cafop).

La promotion de l’énergie à moindre coût et l’efficacité énergétique figurent par ailleurs en bonne place dans la politique gouvernementale avec à la clé, la baisse du Tarif social de l’électricité et  l’accélération de l’accès à l’électricité par le renforcement du Programme national d’électrification rurale (Proner) et du Programme électricité pour tous (Pept). La Côte d’ivoire entend également jouer un rôle majeur dans le processus de l’intégration régionale. Le pays entend surfer sur la  coopération régionale, un des leviers dont l’effet pourrait être amplifié au profit du développement socio-économique du pays. Dans ce contexte, le pays se positionne comme un acteur important de la dynamique économique dans la sous-région. Fidèle à cette vision, le premier ministre a reçu une délégation composée des ministres de l’Énergie de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Mali, du Burkina Faso et du Commissaire à l’Énergie et aux Mines de la Commission de la Cedeao et de la Banque mondiale. L’intégration énergétique sous régionale était au menu des échanges.

A LIRE AUSSI:   CÔTE D’IVOIRE: Amadou Gon Coulibaly, un lion qui choisit de ne pas rugir

Recrutement

Le système éducatif de la Côte d’Ivoire s’est rapidement développé à partir de 2011 alors que le pays sortait d’une période prolongée de conflit. Au cours des six dernières années, l’accès à l’éducation a pu être élargi, par la simple amélioration de l’accès aux zones mal desservies jusque là. Cependant, alors que l’accès et l’achèvement de l’enseignement primaire tend à devenir universel, l’amélioration significative de la qualité de l’éducation devient nécessaire. De même, adapter l’accès aux réalités des enfants vivant dans des communautés rurales isolées et travaillant dans des plantations ou dans des forêts nationales, ainsi que pour les enfants présentant des besoins spécifiques est une nécessité. La Côte d’Ivoire met à cet effet, l’accent sur la préscolarisation avec la formation d’encadreurs communautaires. Et pour la poursuite de cette politique, le conseil des Ministres du 5 février, a prévu le recrutement de 5000 jeunes diplômés du Bepc qui recevront une formation initiale dans les Centres d’animation et de formation pédagogique (Cafop). Il s’agit de répondre aux besoins importants de personnel enseignant du préscolaire et primaire occasionnés par la politique de scolarisation de masse du gouvernement, qui vise notamment la scolarisation totale des enfants de 6 à 16 ans. Dans cet élan, de nombreuses infrastructures scolaires ont été réalisées ces deux dernières années dans toutes les régions du pays, occasionnant un besoin important en personnel enseignant du préscolaire et du primaire. Un recrutement exceptionnel a été effectué en 2019 à la faveur du Programme social du gouvernement dénommé PsGouv. Ce recrutement a permis de former 10 300 enseignants actuellement opérationnels sur l’ensemble du territoire ivoirien.

A LIRE AUSSI:   Zone de libre-échange africaine : et la sécurité dans tout ça ?

Rencontre

Pour résoudre les problèmes énergétiques auxquels fait face la sous région, les pays membres de la Communauté économique des État de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) optent pour l’intégration des réseaux électriques nationaux dans le cadre d’un marché régional unifié et régulé de l’électricité. Cela, en vue d’assurer un approvisionnement en énergie électrique régulier, fiable, et à un coût compétitif aux populations des Etats membres de la Cedeao. La 13ème réunion des ministres de l’Energie de la communauté s’est penchée sur la question. Au terme de leurs délibérations, ils ont approuvé deux importants documents et recommandé de les soumettre à la réunion du conseil des ministres de la Cedeao pour examen et adoption. Il en ressort le Plan directeur de la Cedeao pour le développement des moyens régionaux de production et de transport d’énergie électrique 2019-2033; et la Directive pour la sécurisation des échanges transfrontaliers d’énergie électrique du marché régional de l’électricité. Gon Coulibaly a reçu à cet effet, le 3 février, une délégation composée des ministres de l’Énergie de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Mali, du Burkina Faso et du Commissaire à l’Énergie et aux Mines de la Commission de la Cedeao et de la Banque mondiale. La délégation était allée faire au chef du gouvernement ivoirien, le compte rendu de la réunion ministérielle sur la mise en œuvre de la directive de la Cedeao relative à la sécurisation des échanges transfrontaliers de l’énergie électrique adoptée en 2018.

Le chef de l’exécutif est allé exprimer sa compassion à des familles frappées par le deuil. C’est avec une grande tristesse qu’il a pris part le 05 février, à la levée du corps de feu le Colonel Major Issiaka Ouattara dit Wattao et le 6 février à la levée du corps de la regrettée Maman Coffie Marie-Madeleine Magnintchi, épouse Sanogho. Une proximité qui n’a pas laissé indifférentes les familles déplorées. Elles ont tenu à lui exprimer leur reconnaissance.

A LIRE AUSSI:   Reprise du dialogue politique inter-libyen à Tunis début novembre

Le primer ministre ivoirien ne se lasse pas pour apporter sa pierre à l’édification d’une Côte d’Ivoire prospère et intégrée dans un cadre sous régional. Un pays qui se veut être la locomotive d’une sous région riche de ses vaillants hommes et de ses ressources naturelles.  

Source: Thomas Azanmosso,Tribune d’Afrique/

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le Nigeria demande un report de l’éco

Read Next

Chef de la Banque mondiale: certaines banques de développement alourdissent le fardeau de la dette des pays pauvres