Congo : Denis Sassou-Nguesso désigné candidat de son parti à la présidentielle de 2021

Au Congo-Brazzaville, le président Denis Sassou-Nguesso a été désigné candidat à la présidentielle de 2021 à l’issue du congrès du Parti congolais du travail (PCT). « Les 2 588 congressistes ont décidé unanimement que le camarade Denis Sassou-Nguesso soit reconduit à la tête du comité central [du parti] et qu’il soit notre candidat à l’élection présidentielle de 2021 », a indiqué Pierre Ngolo, secrétaire général sortant du PCT, dans la nuit du lundi 30 au mardi 31.

Agé de 76 ans, le président Sassou-Nguesso cumule trente-cinq ans à la tête du Congo, un pays riche en pétrole mais dont la majorité des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Selon la Constitution, il a le droit de se présenter à la présidentielle de 2021 et, pour la dernière fois, en 2026. « Ce choix n’est pas un choix de trop. Nous avons dit que le choix de Denis Sassou-Nguesso était un choix inéluctable. C’est un choix du changement dans la continuité, le choix de la stabilité et le choix de la paix », a commenté auprès de l’AFP Léonidas Mottom, député PCT et deuxième questeur à l’Assemblée nationale.

Un nouveau secrétaire général

Jeudi, le principal parti d’opposition, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), avait estimé que les conditions ne seraient pas réunies pour que le Congo organise une élection présidentielle en 2021. L’Upads a proposé une transition et un scrutin en 2023, sans la participation du président Sassou-Nguesso.

Le PCT, qui fête ses 50 ans d’existence ce mardi, a organisé son cinquième congrès ordinaire du 27 au 30 décembre. Le parti a désigné 727 nouveaux membres de son comité central, qui ont à leur tour élu Pierre Moussa, 78 ans, au poste de secrétaire général pour un mandat de cinq ans. M. Moussa remplace à ce poste Pierre Ngolo, 65 ans, qui est également président du Sénat. Né en 1941, M. Moussa est un économiste qui a travaillé par le passé dans des institutions financières internationales comme la Banque mondiale. Plusieurs fois ministre entre 1997 et 2012, il a été président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) entre 2012 et 2017. « Pierre Moussa est un homme capable de rassembler ce qui est épars », a estimé le député Mottom.

A LIRE AUSSI:   Sassou Nguesso définitivement élu président pour un quatrième mandat

Source:Le Monde Afrique /Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

En Angola, la milliardaire Isabel dos Santos cernée par la justice

Read Next

Félix Tshisekedi ne doit pas ouvrir la boîte de Pandore de la révision constitutionnelle